vendredi 3 mai 2013

Ce vice impuni...



Ce vice impuni... *

J'ai rangé ma bibliothèque
Classé, déclassé et dépoussiéré
Les livres accumulés au fil des années,
Les années récentes car j'ai une mémoire neuve
Une qui efface automatiquement les tristes moments
les remplaçant par de grands blancs ou des trous béants,
ça dépend.

Dans ma bibliothèque
J'ai retrouvé les livres lus sans plaisir
les livres lus la gorge nouée
les livres lus en chien de fusil
les livres lus dans des avions, des bus ou des trams
les livres lus après de petits ou de gros drames,
ça dépend.

J'ai touché et caressé plus longtemps
les livres auxquels j'ai cru
les livres qui m'ont donné la force
les livres que j'ai traduits
et les autres, ceux qui m'ont trahi,
je les ai mis avec les exclus.
Puis je les ai repris
et reclassés avec les livres respectés ou excusés,
ça dépend.

Je me suis attardée sur une écorchure et des chevaux verts
ce sont les plus beaux
nés sans douleur
aimés sans condition
lus et relus avec l'émotion
qui fait battre les coeurs
apaise les douleurs
donne aux heures plus ou moins de couleur,
ça dépend.

D'autres m'ont attendue en trépignant
Brandissant fièrement
leurs noms tonitruants
que j'ai snobés impulsivement
J'ai toujours préféré les silencieux
ceux qu'on lit puis traduit
car on les a choisis ou inversement,
ça dépend.

dans ma bibliothèque, il n'y a plus de grands blancs ou de trous béants
je les comble automatiquement
question de survie ou d'espérance,
ça dépend.

* titre inspiré du livre de Valéry Larbaud (Ce vice impuni, la lecture - Gallimard)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire