samedi 3 octobre 2015

En apesanteur



Lu hier soir,
relu ce matin,
et demain,
et après-demain,
et après après-demain.

Gravitație, le recueil de poésie de Svetlana Cârstean est profond et magnifique, il procure un état de non-pesanteur, un étrange bonheur d'une force attractive céleste.

La gravitation rend définitivement heureux.

Extrait :

Mi-août, que la peur ne s’élève pas au milieu des choses
qu’elle n’ose pas approcher nos maisons
contre elle je convoquerai tous les pouvoirs que je connais petits ou grands
le pouvoir de l’avion quand il vole
le pouvoir de la galette cuite au fourneau
des mûres aux trois couleurs
de la gomme des cerisiers mangée au petit matin
quand il fait frais et qu’elle est ferme et transparente comme l’ambre
le pouvoir du fourreau bleu comme la mer dans lequel je me fais sirène
des petits coquillages qui m’accueillent le matin à
Saintes-Maries-de-la-Mer
des non-déclarations d’amour de Tudor
de la violette de Parme plantée par mon père
du chat noir qui m’aima
de la chouette qui ramasse toutes les chenilles
de la chambre où l’enfant brûlant rêve que sa fièvre s’en va
de la mère inconnue qui nuit après nuit surgit
et couvre mon front d’une petite main fraîche et argentée,
des trains qui ne s’arrêtent pas
de mes cuisses vives et nerveuses comme eux


photo : http://fredericksandmae.com/index.php?/project/wings/


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire