lundi 16 janvier 2017

Bonheur et émotions !

Mercredi dernier est sorti mon roman, Strada Zambila, mon premier en tant qu’auteure.
© Iris de Moüy

Il se passe à Bucarest. Je l’ai écrit là-bas, la dernière année des neuf que j'ai vécues en Roumanie. Je me rappelle le matin où je l’ai commencé, le ciel de Bucarest était brumeux. De chez moi, je distinguais à peine la sky tower. Au fur et à mesure que j’écrivais l’histoire d’Ilinca et de Zoé, le ciel se découvrait, le soleil se glissait dans les rues Zambila et Calomfirescu, les silhouettes des chats et des chiens de Bucarest prenaient leur territoire, le marché aux fleurs George Coșbuc libérait ses parfums et ses couleurs, les tramways brinquebalants ronronnaient tandis que les taxis jaunes et les 4X4 klaxonnaient joyeusement ou agressivement (en fonction de l'état d'esprit de l'auditeur).

Le soir, le premier de ce roman, je me sentais bien, j’avais écrit trois chapitres. Les Buni, Ilinca, Zoe, Florin, les huit chats s’étaient confortablement installés dans mon appartement. Le soleil se couchait sur le lac Florească. Le ciel était rose et or.
"Un brumeux matin peut donner un soir serein", aurait pu s’appeler mon livre.
Ou "Voir autrement" comme me l’ont écrit mes éditrices vers qui, aujourd'hui encore plus, se dirigent toutes mes pensées, ma reconnaissance et mon affection.

Et pour vous permettre de faire connaissance avec les habitants de la rue Zambila, je joins quelques photos qui ont accompagné l'écriture de ce roman : le chien du quartier Filareț (découvert avec Ana et Mihai), la rue Radu Calomfirescu, le lac Florească et une photo de Silviu Ghetie qui m'a permis de donner des visages à Ilinca et Zoe.

Et, bien sûr, la voix de Maria Tanase : https://youtu.be/4WPzGUcf7K4




© Silviu Ghetie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire