vendredi 3 janvier 2014

"Dans un espoir presque tendre"



l’hôpital est une église à plusieurs étages 
des prêtres en blanc agitant leur stéthoscope comme un encensoir 
dans le pronaos des lits en fer 
nous nous sanctifions avec des perfusions 
portons des cathéters autour du cou 
prions dans l’odeur d’iode

frêle est notre chair 
nous nous fanons comme les feuilles, et les maladies nous emportent comme le vent 
tout passe
seule la peur est venue s'installer ! 

nous nous entassons dans le bazar près de l’ascenseur 
achetons de tout
petites croix chapelets bougies psautiers
calendriers
colifichets de la foi des chambres d’hôpital 
personne ne peut prendre son lit et aller vadrouiller 
alors nous collons les icônes sur la faïence avec du leucoplaste
nous les accrochons à la prise électrique 
nous dormons avec elles sous l’oreiller
des livres de prières couvrent les thés amers 
les comprimés du soir posés sur des bouts de papier 
remplis de prières 
des canules scintillent dans leur plastique aseptisé 
sur les couvertures noires et brillantes 
du Nouveau Testament 

nous souffrons nous taisons
ensemble ou séparément
Le Livre dit que nous serons chéris ! 

la souffrance dessine les icônes dans les chambres
et parfois nous nous endormons enveloppés
dans un espoir
presque tendre 

Marius Chivu, poème extrait de « Vîntureasa de plastic », éditions Brumar, Timişoara 2012.


spitalul e o biserică cu multe etaje
preoţi în alb cădelniţînd cu stetoscoapele
pronaos cu paturi de fier
ne sfinţim cu perfuzii
purtăm catetere la gât
ne rugăm în miros de iod
carnea pe noi e firavă
ne ofilim ca frunzele şi bolile ne iau ca vîntul
toate trec
doar frica a venit să rămînă!

ne înghesuim la taraba de lîngă lift
cumpărăm de toate
cruciuliţe mătănii psaltiri candele
calendare
mărunţişuri ale credinţei de salon
nimeni nu-şi poate lua patul să umble
dar lipim cu leucoplast iconiţele pe faianţă
le prindem în capacul prizei
dormim cu ele sub pernă
cărţi de  rugăciuni acoperă ceaiurile amare
pastilele de seară aşezate pe hîrtiuţe
însemnate cu acatiste
branule sclipesc în învelişul aseptic
pe copertele negre şi lucioase
ale Noului Testament

suferim tăcem
împreună uneori separat
Cartea spune că noi vom fi cei mîngîiaţi!

suferința zugrăvește icoanele-n saloane
și uneori adormim înveliți
intr-o speranță
aproape induioșatoare !


Marius Chivu, Vîntureasa de plastic, Brumar, Timişoara 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire