Articles

Deux belles sélections pour Une vie en milonga

Image
Double raison de danser une yumba aujourd'hui ! "Une vie en milonga" est sélectionné pour : Le prix Gulli 2020 :  https://www.gulli.fr/Actu/Fil-infos/News/Prix-Gulli-du-Roman#La-petite-fleur-d-Hiroshima https://www.livreshebdo.fr/article/la-selection-du-prix-gulli-du-roman-2020 et Le Grand prix des lecteurs du journal de Mickey :   https://www.actualitte.com/article/prix-litteraires/roman-et-bande-dessinee-les-selections-des-lecteurs-du-journal-de-mickey/101857 Un grand merci aux sélectionneurs et aux lecteurs 💖

"Un roman d’orages et de lumière mêlés"

Image
Une nouvelle très belle critique pour "Une vie en milonga", parue dans Télérama et signée Michel Abescat. "Fanny Chartres réussit ainsi un roman sur le fil des émotions, entre réalisme et poésie, nourri de légendes marines, de musique sud-américaine et de culture sourde. Comme une variation sur la beauté et la brutalité de l’existence, résumée dans ce proverbe argentin : La vie est une milonga, mais il faut savoir la danser." À lire dans son intégralité  ici

Interview de soeur à soeur

Image
Mon roman Une vie en milonga est sorti mercredi aux éditions de L'Ecole des Loisirs - collection Médium. A cette occasion, ma sœur, Marie, m'a posé quelques questions.  De sœur à sœur et un peu plus encore... Ce livre raconte l’histoire d’une adolescente, Alma, prise dans les flux et reflux familiaux. Son petit frère Angelo est sourd, ses parents sont dépassés et réagissent chacun de manière différente à la situation. Et Alma est là avec sa lumière, ses doutes, ses questionnements, sa force aussi. Qu’avais-tu envie de circonscrire à travers ce nouveau roman ? Quel a été le déclic de cette histoire ? « Une vie en milonga » est d'abord l'histoire d'une famille, c'est d'ailleurs le mot préféré d'Angelo en langue des signes (LSF) : « “famille ”, deux mains prenant le monde pour l’amener vers l’axe du cœur, comme l’on dessinerait les contours du bonheur ». Dans ce roman, le geste est d'autant plus grand et plus beau que la famille dépasse